418

Elie de JONCOURT (1697-1765)

État civil

Elie de Joncourt est né à Middelbourg et a été baptisé le 10 septembre 1697 (Album studiosorum de Leyde, p. 837, 861, 938). Son père, Pierre de Joncourt, ministre de l'église wallonne de Middelbourg, s'établit à La Haye en 1699 et y mourut le 8 septembre 1720 (Van der Aa). Elie de Joncourt ne s'est jamais marié ; il est mort le 30 août 1765 à La Haye ; sa mort est déclarée le 3 septembre 1765 (A.M. La Haye).

Formation

Il s'est fait inscrire à l'Université de Leyde le 30 août 1714, le 11 juin 1716 et le 16 février 1719 (Album studiosorum). On ne sait si c'est à cette université qu'il a obtenu son diplôme de maître-ès-arts et de docteur en philosophie.

Carrière

En 1722, il est nommé deuxième ministre de l'église wallonne de Bois-le-Duc ; il en devient premier ministre en 1737. Grâce à ses connaissances scientifiques, il obtient d'enseigner gratuitement les mathématiques à l'Ecole de Bois-le-Duc, alors illustre. Il est nommé professeur le 30 juillet et prononce, le 2 août 1737, sa lecon inaugurale : Oratio in laudem matheseos universae et singularum ejus partium. Après son dernier sermon, le 21 juillet 1748, il se retire à La Haye.

Situation de fortune

Après la mort de son confrère à l'Ecole de Bois-le-Duc, Lucas van Eybergen, en 1738, il reçoit un salaire de 250 florins par an. Il prend sa retraite le 20 mai 1748 tout en conservant son salaire sa vie durant.

Activités journalistiques

Il a collaboré au Journal littéraire de La Haye depuis 1729 (D.P.1 759) ; lorsque le journal est racheté par van Duren, il fonde avec S'Gravesande et P. Marchand le Journal historique de la République des lettres (Leyde, Haak et Luchtmans, 1732-1733, 3 vol. ; D.P.1 746).

Dès sa fondation, il collabore à la Bibliothèque des sciences et des arts (La Haye, Gosse, 1754-1778, 50 vol. ; D.P.1 160).

Il a en outre traduit en français plusieurs périodiques anglais : Le Spectateur, ou le Socrate moderne de Addison, traduction des tomes VII (Amsterdam, 1750) et VIII (1754). La Nouvelle Bibliothèque anglaise, La Haye, Gosse et van Daalen, 1756-1757, 3 vol. (D.P.1 1001), recueil de traductions et de comptes rendus.

Publications diverses

Son oeuvre se compose surtout de traductions de l'anglais (de Sherlock, R. Lucas, Pemberton, Berkeley, Fordyce, Saunderson, Lyttleton, Anson, Pope) ; on en trouvera la liste dans Cior 18, n° 34591-34606. Il a publié en outre (selon la liste du Biographish woordenboek, p. 552) : Israelitarum epinicium « in occasum regis regnique Babylonici », Bois-le-Duc, 1750. – Traité sur la nature et les principaux usages [...] des nombres trigonaux, La Haye, 1762 (édité d'abord en latin et traduit par l'auteur). – Keurdichten, verzmeederd met de stad Godes, S. Hage, 1762. – Ses Oeuvres diverses ont été réunies à La Haye, 1762, en 2 vol., réédités en 1776.

Bibliographie

 Haag. – Van der Aa, Biographish woordenboek der Nederlanden, Harlem, Brederode, 1862. – Bie J.P. de et Loosjes J. (éd.)., Biographish woordenboek van protestantsche godgeleerden in Nederland, 1919-1949, t. IV, p. 551-552.

Additif

État-civil: Élie de Joncourt est baptisé le 10 septembre 1697 à Middelburg en Zélande. Son père, Pierre de Joncourt, né à Saint-Quentin, y était pasteur wallon (1678-1699) avant d’exercer son pastorat à La Haye (1699-1720), où il meurt le 8 septembre 1720. Le 26 juin 1695 il s’était marié à Amsterdam en deuxième noces avec Elisabeth de Visscher. Ils eurent deux autres enfants: Pierre, baptisé à Middelburg le 26 juin 1696 et enterré à La Haye vers le 12 septembre 1720, et Elisabeth, baptisée à La Haye le 9 décembre 1700 , enterrée à La Haye vers le 9 janvier 1722. Elie de J. est mort à La Haye le 30 août 1765 à la suite d’une pleurésie. Il ne s’est jamais marié.

Formation: Le 30 août 1714, il s’inscrit avec son frère Pierre comme étudiant en philosophie à l’université de Leiden, et le 11 juin 1716 en théologie. En juin 1717 il devient membre de l’église wallonne de La Haye “par confession”. Le 16 février 1719, il se fait enregistrer de nouveau comme étudiant en théologie, trois jours après Jacques Sacrelaire. Des registres de recensements annuels, on peut déduire qu’il a souvent été absent de l’université, qu’il a probablement quittée avant février 1720. C’est seulement le 2 mai 1732 qu’il obtient le grade de docteur en philosophie et arts libéraux, Honoris causa, sans examen ni thèse. Le 4 avril ’s Gravesande l’avait recommandé au Sénat de l’université (Molhuysen, V, p. 107, 230*). 

Carrière: Le 28 octobre 1721 il est élu pasteur à Bois-le-Duc, où il est installé le 22 mars 1722. [...] À partir d’octobre 1727 jusqu’au mois de juin 1728 il est pasteur de l’ambassade, envoyé à Londres pour assister au couronnement de George II. Il y rencontre un ancien rédacteur du Journal littéraire, Justus van Effen, qui fut le premier secrétaire de cette ambassade. Il prend sa retraite en 1748 [...]. Il s’établit à La Haye en 1754. D’après la déclaration de son arrière neveu et unique héritier Louis de Joncourt, précepteur du jeune stathouder Guillaume V, il possédait un capital de 1300 livres esterlingues.

Publications diverses: Il publia De natura et praeclaro usu simplicissimae speciei numerorum trigonalium (Hagae Comitum, M. Husson, 1762 ; aussi en néerlandais, anglais et français), et fut le traducteur de plusieurs livres de physique et de mathématiques, entre autres Éléments d’algèbre, de Nicolas Saunderson (Amsterdam–Leipzig, Arkstee et Merkus, 1756) et de deux livres de ’s Gravesande: Eléments de physique [...] ou Introduction à la philosophie newtonienne (Leiden, J.A. Langerak et J. et H. Verbeek, 1746) et Algebra of algemeene wiskunde (’s-Gravenhage, M. Husson, 1763).

Bibliographie: Short Title Catalogue Netherlands. - Bibliothèque universitaire de Leiden, Archives ASF, 13 (Album d’inscriptions, 1697-1727), 84-99 (recensions annuelles d’étudiants avec leurs adresses, 1714-1728), fichier wallon (collection de données provenant des églises wallonnes 17e au 19e siècles). - Lettres au comte Guillaume Bentinck (1744-1754), Londres, British Library, MS Egerton 1745, 1747, 1748.- Archives municipales de La Haye: baptêmes, mariages, déces, Collaterale successie, 0320-01, n° 109, fol. 240 (26 novembre 1765) et Bericht wegens de gesteltenisse der hooge vergaderingen en collegiën in 's-Gravenhage (répertoires annuels des noms de fonctionnaires locaux, 1756-1795).

D. Nauta et al. (éds), Biografisch lexicon voor de geschiedenis van het Nederlandse protestantisme, Kampen, Kok, 1978-2006 (t. V, p. 291-292). - Bulletin de la commission des églises wallonnes, vol. III , 1888. - Molhuysen, P.C. (ed.), Bronnen tot de Geschiedenis der Leidsche Universiteit, V, ’s-Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1921. - Prosper Marchand, Dictionnaire historique (T. II, p. 216, note H; DP1, n° 724). (K.V.S.)

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH