391

Adrien HAVE (1739-1817)

État civil

Adrien Joseph Havé, fils d'un huissier au Châtelet en résidence à Reims, est né à Romain (Marne) le 4 septembre 1739 et baptisé le 14 (Jadart, Affiches, p. 2, note 1). Il est mort à Reims le 8 juillet 1817 (Etat civil de Reims, Registre des décès 1817, n° 666, f° 131, p. 7, note 3). H. a épousé Elisabeth Jacob Denizard.

Formation

H. fit des études classiques puis suivit les cours de la Faculté de droit de Reims (ibid., p. 4).

Carrière

Comme il le dit lui-même, H. est à la fois un homme de lettres et de loi. Avocat au parlement de Paris (1762), H. devient ensuite entre 1766 et 1771 secrétaire de Marin, un collaborateur du lieutenant général de Police, Sartine (ibid., p. 4). «Comme il écrivait très bien et très correctement, on le chargeait de copier les pièces les plus importantes» (B.Un.). Après une longue interruption, due à la rédaction des Affiches de Reims, H. reprend des fonctions juridiques. Pendant le Directoire, il est juge suppléant du district de Reims, et en 1797 il cesse ses fonctions de substitut du commissaire du Directoire (ibid.). En 1805, il est nommé juge suppléant au Tribunal civil (Jadart, Affiches, p. 6), cela jusqu'en 1810 (B.Un.). H. est un homme enraciné dans la vie locale. En 1770, c'est lui qui est chargé par les échevins de Reims de présenter des vers à la Dauphine lors de sa visite dans la ville (Journal encyclopédique, 1770, t. IV, p. 115-116). Et c'est après quelques années passées à Paris qu'il revient à Reims pour rédiger, pendant plus de trente ans (1772-1805), les Affiches de Reims. H. connaissait d'ailleurs «parfaitement» l'histoire de sa ville et de sa région (B.Un.). La Bibliothèque de Reims possède de nombreux manuscrits historiques ou juridiques lui ayant appartenu. Mais H. est aussi un bibliographe et un collectionneur. Très jeune, en 1762, le procureur au bailliage de Reims le chargea de dresser le catalogue de la bibliothèque du Collège des Jésuites lorsque ceux-ci furent expulsés du royaume (B.Un. et Jadart, Bibliophiles, p. 69). En 1773, H. avait proposé la création d'une bibliothèque publique à Reims avec le fonds de la bibliothèque des Jésuites et celle de Félix de La Salle. Il échoua dans cette première tentative (Affiches de Reims, 1773, p. 111, 126, 174). En 1806, H. propose de nouveau la création d'une bibliothèque publique dans le local du Mont-Dieu, rue du Barbatre, qui aurait réuni les éléments des dépôts des couvents et des abbayes. Là encore, H. ne fut pas suivi par l'administration municipale qui préféra l'installer au premier étage de l'Hôtel de ville (1808). Ses connaissances littéraires et bibliographiques le destinaient au poste de conservateur de la Bibliothèque, mais la municipalité - avec laquelle il n'était pas, semble-t-il, au mieux - lui préféra l'obscur Siret, professeur au Lycée (Jadart, Affiches, p. 6-7). Dans une lettre au Journal encyclopédique (1785, t. II, p. 142), où il conteste à Leibniz, à Sidney et à Vossius la paternité de L'Histoire des Sévarambes pour l'attribuer correctement à Denis Veiras, il écrit : «Dès ma jeunesse, j'ai recueilli des livres, parce que je les ai regardés comme la meilleure société, comme propres à me faire oublier les chagrins de la vie, à distraire les loisirs et les infirmités de la vieillesse, si toutefois je devais en être assiégé». De fait, H. s'est forgé une réputation de bibliophile averti : H. Jadart a fait la description de ses ex-libris gravés (Bibliophiles, p. 70). D'ailleurs la bibliothèque de Reims conserve un grand nombre de manuscrits ayant appartenu à H. On y trouve surtout un fonds important en histoire locale, avec à l'occasion un peu de théologie ou de polémique religieuse (Traité des Trois imposteurs, ms. n° 651). De son côté, la B.N. possède un Recueil de poésies françaises du XVIe siècle provenant de la collection de H. (n.a.fr. 14747).

Situation de fortune

Dans l'Avis préliminaire du Journal de Champagne du 5 janvier 1784, H. insiste auprès de ses lecteurs sur son travail de journaliste effectué avec «une persévérance si exacte» avec, au regard, un «dédommagement si modique». Il constate «avec regret», puisque cela lui fait perdre des abonnés, que les lecteurs se prêtent le journal, si bien que «le nombre des lecteurs excède au moins quatre fois celui des souscripteurs».

Opinions

H. est un esprit universel : il s'intéresse à la littérature, à l'archéologie, à l'économie politique ; il s'opposera, pendant la Révolution, aux destructions d'églises et de monuments de Reims. Monarchiste, «sans être l'apologiste de tout ce qui existait» (B.Un.), H. sera détenu six mois après le coup d'état républicain du 18 Fructidor pour avoir reproduit dans son journal un article sur les biens nationaux (Ibid.). En 1814, il voit «avec plaisir» la Restauration des Bourbons (Ibid.).

Activités journalistiques

Le nom de H. est lié à celui des Affiches de Reims. La Bibliothèque de cette ville possède la collection complète du périodique en quinze volumes reliés en parchemin vert : cet exemplaire a appartenu à H. lui-même (Jadard, Affiches, p. 2). Les Affiches de Reims sont une mine pour l'histoire locale : on y trouve ainsi quantité de renseignements sur l'université, les écoles, les sociétés diverses, l'économie politique, l'assistance publique et les hôpitaux ; les monuments, les antiquités, les beaux-arts, les fêtes et réjouissances publiques ; les crimes et les exécutions capitales ; la biographie des Rémois célèbres, la nécrologie (ibid., p. 2 et suiv.).

Les Affiches de Reims ont changé d'intitulé de nombreuses fois au cours de leurs trente ans d'existence : Affiches, annonces et avis divers de Reims et généralité de Champagne, janvier 1771-déc. 1777.– Affiches de Reims et généralité de Champagne, janvier 1778 déc. 1780.– Journal de Champagne, janvier 1781 juillet 1790.– Journal de Champagne, comprenant les départements de la Marne, de la Haute-Marne, de l'Aube et des Ardennes, 19 juillet 1790 août 1792.– Journal général des départements de la Marne, des Ardennes et de la partie orientale du département de l'Aisne, 27 août 1792 fin mars 1794.– Journal général de Reims, avec le même sous-titre, 31 mars 1794 juillet 1795.– Journal de Reims, avec le même sous-titre, 2 Thermidor an III (20 juillet 1795) Brumaire an VI (octobre 1797). Le 30 Fructidor an III (16 sept. 1795) le sous-titre s'était raccourci : on avait retranché «la partie orientale du département de l'Aisne».– Affiches, annonces et avis divers de Reims et des départements de la Marne, de la Haute-Marne, de l'Aube et des Ardennes, 8 Brumaire an VI (29 oct. 1797) 10 Messidor an VII (29 juin 1799). H. cède alors la rédaction à Appert. Les Affiches de Reims seront suspendues de cette dernière date jusqu'en Floréal an IX (fin avril 1801).– Journal de Reims et département de la Marne, 10 Floréal an IX (30 avril 1801) – 27 avril 1805. H. reprend la rédaction du journal. Le prix de l'abonnement mensuel est de 6 £ de 1772 à 1783 ; de 7 £ 10 sous de 1784 à 1797 ; de 8 F., 60 centimes à partir de cette dernière date (voir H. Danton, «Recherches statistiques sur les journaux publiés à Reims», p. 147-149).

Publications diverses

Adieux d'un Danois aux Français, poème satirique, Reims, 1768, in 8°. – Apollon chez les Eburons, pièce de circonstance, Liège, 1784 (Brenner, n° 7372). – L'Homme sans famille ou Lettres d'un voyageur allant de Paris à Spa, Reims, 1770. – Lettre à M. D*** sur l'établissement d'une bibliothèque dans la ville de Reims, Epernay, 1806, in 8°, 16 p. – «Lettre sur le problème bibliographique proposé au TRPM ***», Journal encyclopédique, 1785, II, 142-145 (lettre datée du 1er janvier 1785). – Lettres sur les causes physiques et les effets de l'antipathie, voir J.S. Ersch, La France littéraire, Hambourg, 1797-1806, II, 172.– Mémoire pour Havé, Reims, 1783, in 4°. – Ode au Roi sur sa statue érigée par la ville de Reims, Reims, 1765, in 4°. – Le Sacre de Louis XVI, ode, Reims, 1775, in 4°, 7 p., Bibliothèque de la ville de Reims, ms. n° 1492. – Satire sur l'éducation des filles à Reims, s.d., Bibliothèque de la ville de Reims, ms. n° 1298. – «Vers présentés à Mme la Dauphine à son passage à Reims le 22 mai 1770», Journal encyclopédique, 1770, IV, 115-116.

Bibliographie

B.Un., XVIII, 584-585. – Cio. 18, n° 33571-3581. – F.L.B.H.C., p. 297. – N.B.G., XXIII, 616-617.– A.D. de la Marne : J. 562, 10 l 34 (Infraction à la loi sur la presse, an VI). – Bibliothèque de la ville de Reims : ms. 1299, autographe de H., quittance, 18 Floréal an X (8 mai 1802) ; ms. 651, 664, 1298, 1314, 1471, 1481, 485, 1499-1502, 1510, 1546, 1588, 1619, 1633, 1649-1650, etc. : manuscrits ayant appartenu à H.– B.N. : n.a.fr. 14747, Recueil et poésies françaises du XVe siècle, ex-libris A.J. Havé. – Voltaire, Correspondence and related documents, D 18994, Lettre de Voltaire à Havé, 24 mai 1776.– Danton H., «Recherches statistiques sur les journaux publiés à Reims jusqu'à ce jour», Reims : Revue historique et littéraire de la Champagne, 15 juin 1854, p. 147-149. – Jadart H., «Les Affiches de Reims d'Havé», Travaux de l'Académie nationale de Reims, 1895, XCVI, p. 1-55. – Jadart H., «Les Bibliophiles rémois, les ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la Bibliothèque de Reims», Travaux de l'Académie nationale de Reims, 1894, XCII, p. 69-70. – Lacatte-Joltrois A., Biographie rémoise (manuscrite).

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH