318

Casimir FRESCHOT (1640?-1720)

État civil

Né à Morteau en Franche-Comté vers 1640. Mort à l'abbaye de Luxeuil, le 20 octobre 1720. Son nom s'écrit aussi : «Fraischot» (D.B.F.,Bibliographie). D'aucuns prétendent que le Bénédictin et le réfugié en Hollande sont des personnes distinctes, ce qui expliquerait les hésitations orthographiques du nom : «Freschot» ou «Fraischot».

Formation

Novice dans la congrégation de Saint-Maur, il fait profession le 20 mars 1663 dans le monastère Saint-Vincent de Besançon.

Carrière

Il quitte la Franche-Comté pour l'Italie en 1674 au moment où sa patrie devient française. Vivant d'abord à Rome, puis à Bologne, il est admis en 1689 dans la congrégation des Bénédictins du Mont Cassin. Le Journal des Savants, éd. de Hollande, supplément d'août 1708, l'accuse d'avoir abjuré le catholicisme. En tout état de cause, il se défroque vers 1700 et on le retrouve en 1704 à Utrecht où il enseigne les belles-lettres et l'histoire. Sa retraite finale à Luxeuil de 1718 à 1720 indique qu'il ne quitta pas vraiment l'Eglise catholique (si, du moins, il s'agit du même personnage).

Situation de fortune

En Hollande, il vit d'enseignement et de ses travaux littéraires.

Opinions

Cosmopolite (il traduit du français vers l'italien), passionné d'histoire, F. n'est pas indigne des autres esprits érudits de son ordre. Il a en plus une instabilité et un goût de la littérature badine, peut-être aussi celui de sa liberté qui le conduisirent dans des chemins de traverse. Son œuvre latine, italienne et française est variée, sans doute trop. On y sent l'écrivain à gages.

Activités journalistiques

Entretiens sur les affaires du temps, Cologne (Amsterdam), J. Henri, 1707. Mensuel dont quelques livraisons furent publiées de janvier à juin 1707 (D.P.1 370). Annonce dans La Clef du cabinet, t. VI, 1707, p. 431. Le même périodique, dans sa livraison de novembre 1707 (t. VII, p. 368-369), le dit imprimé à Amsterdam ; il l'attribue à l'auteur des Mémoires de la Cour de Vienne (1705), ouvrage de Freschot. Les Entretiens sont particulièrement dirigés contre La Clef. Un exemplaire du périodique était conservé à Dresde avant la Seconde Guerre mondiale (Kirchner 1931, n° 89, qui ajoute foi à l'adresse, feinte, du périodique).

Publications diverses

Liste des ouvrages de F. dans Examen critique et Cior 17.

Bibliographie

Q. ; B.Un. ; N.B.G. ; D.B.F. «Fraischot» ; Cior 17, n° 31808-31845. – B.N., f.fr. 17708 : Lettre de D. Bernard de Montfaucon à F. La Clef du Cabinet, 1707, t. VI, p. 431 ; t. VII, novembre, p. 368-369, art. IX : «Critique cessée».Journal des Savants, éd. de Hollande, Supplément, août 1708. –Calmet A., Bibliothèque lorraine, Supplément, p. 23. – Dom Armellini, Bibliotheca Benedictino-Casinensis, Assise, 1732. – Bibliographie générale des écrivains de l'Ordre de Saint Benoît, Bouillon, 1777, t. I, p. 338. – Barbier, A., Examen critique et Complément des dictionnaires historiques, Paris, 1820, p. 351-357 («Freschot»). – Kirchner J., Die Grundlagen des deutschen Zeitschriftenwesens, Leipzig, 1928-1931.

Additif

Activités journalistiques: La découverte d’une livraison de juillet 1707, conservée en France (Bibliothèque de l’Arsenal, 8-H-8405), permet de prolonger d’un mois la parution de ses Entretiens sur les affaires du temps dont la seule série connue jusqu’à ce jour se trouverait à la Sächsische Landesbibliothek de Dresde. (Marion BRÉTÉCHÉ)

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le LIRE UMR 5611 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

LIRE   ISH