636

PIAUD (XVIIIe s.-?)

État civil

Son nom figure sur la première page du seul numéro connu du Journal-singe, daté de juin 1776. A la page suivante, sous le titre du Prospectus, il se présente ainsi : «La France saura que je suis de Montbrison. Après avoir fait mes études à la campagne chez mon oncle le Curé, je me suis engagé au service du Roi : au bout de quinze ans de gamelle je suis venu tomber sur ma famille. On m'a voulu mettre dans le commerce, je n'ai pu y mordre. Enfin n'étant bon à rien, je me jette dans les journaux, c'est ma dernière ressource. Je me suis associé pour cette besogne avec un affamé dont la connaissance m'est venue je ne sais d'où ni comment». Mais cette autobiographie pourrait bien relever aussi de la parodie dont le journal se réclame, car les A.M. de Montbrison consultées nous ont fait savoir qu'elles ne trouvaient aucune trace au XVIIIe siècle d'une famille du nom de Piaud dans la région de Montbrison.

Activités journalistiques

6. Journal singe, 1776 (Londres ?). Voir B.H.C., p. 74 et H.P.L.P., t. III, p. 264.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH