538

Pierre MACQUER (1718-1784)

État civil

Pierre Joseph Macquer est né à Paris le 9 octobre 1718 de Joseph Macquer et de Marie Anne Caillet (Vicq d'Azyr, p. 277). Issu d'une famille de nobles catholiques d'Ecosse qui ont émigré en France lors de l'exil des Stuarts (Biographie médicale), il a pour frère l'avocat et compilateur d'ouvrages historiques Philippe Macquer. M. est mort à Paris le 15 février 1784 ; il avait demandé à sa femme qu'on procédât à l'ouverture de son cœur, ce qui permit de déterminer les causes de son décès (Vicq d'Azyr, p. 303).

Formation

Les deux frères reçoivent les leçons d'un précepteur, M. Lebeau (Vicq d'Azyr, p. 277). M. fait ses études médicales à Paris où il obtient le doctorat en 1742. Il est docteur-régent (A.R., 1751, etc.). Mais il préfère se consacrer ensuite à des recherches en chimie et va contribuer à distinguer cette science de la simple préparation des remèdes.

Carrière

Il succède à Bourdelin comme professeur de chimie au Jardin du Roi (N.B.G.). Dès 1745 l'Académie des sciences le reçoit comme membre adjoint ; en 1766 il en devient membre associé, et pensionnaire en 1772 (B.Un.); il appartient aussi aux Académies des sciences de Stockholm, Turin, Philadelphie, à l'Académie de médecine de Madrid; en 1782 il est agrégé à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts nouvellement fondée à Padoue (Gazette de France, 30 avril 1782). Il est censeur royal au moins depuis 1757 (B.N., n.a.fr. 3345, f° 38-39: 21 mars 1757; cf. f.fr. 22142: 3 févr. 1762). Directeur de la manufacture de Sèvres, il y introduit en 1768 la fabrication de la porcelaine de Saxe (D.L.F.).

Opinions

Resté fidèle disciple de Rouelle, il s'oppose aux nouvelles théories introduites en chimie par Lavoisier.

Activités journalistiques

De 1768 à sa mort (selon D.O.A., t. II, col. 1023) ou plutôt jusqu'en 1776 (B.Un.), il rédige des articles de physique, anatomie, médecine, chirurgie, pharmacie, chimie, histoire naturelle dans le Journal des savants et dans le Mercure de France.

Publications diverses

Il a publié des ouvrages scientifiques et techniques dont les plus importants et les plus longtemps appréciés sont: Eléments de chimie théorique, Paris, Hérissant, 1749, in-8°. – Eléments de chimie pratique. Hérissant, 1751, 2 vol. in-12, trad. allemande et anglaise. – Art de la teinture en soie, Paris, Desaint, 1763, in-folio; trad. arabe en 1823. – Dictionnaire de chimie, Paris, Lacombe, 1766, 2 vol. in-8°, souvent réédité ; trad. allemande et italienne. – Il a collaboré à plusieurs ouvrages, en particulier avec Duchesne au Manuel du natura­liste ou Dictionnaire d'histoire naturelle, Paris, Desprez, 1770.

Bibliographie

D.O.A.; N.B.G.; D.L.F. – A.R., 1751, 1758. – Gazette de France, 30 avril 1782. – Vicq d'Azyr, Eloges historiques, dans Œuvres, Paris, Baudoin, 1805,1.1, p. 277-303. –Dictionnaire des sciences médicales, suivi de : Biographie médicale, Paris, Panckoucke, 1820-1825, t. VI, p. 145-147.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH