535

Etienne LUZAC (1706-1787)

État civil

Etienne Luzac est né le 8 mars 1706 à Amsterdam (A.M. Leyde, Bibliothèque de Leyde. f° 6060) et non pas à Leyde (B.Un. ; N.B.G.) ou à Franeker (Haag) : lors de son inscription à l'Université de Franeker, il signe « Stephanus Luzac, Amste­lodamensis» (Album studiosorum academiae Franekerensis). Il était fils de Maria Judith de La Lande et de Jean Luzac, réfugié protestant de Bergerac et veuf d'un premier mariage avec Marguerite Grilier (A.M. Leyde, ibid.). II eut un frère, Jean, qui fut éditeur à Leyde. L. est mort célibataire à Leyde le 8 janvier 1787 et a été enterré le 13 janvier (1er classe, tarif de 60 florins, A.M. Leyde, reg. des impôts d'enterrement 1781-1788). La famille Luzac compte plusieurs noms célè­bres dans l'histoire de la Hollande, entre autres Elie Luzac fils (voir ce nom) et Louis Caspar, neveu de Jean Luzac, chef de l'opposition libérale, un des auteurs de la Constitution des Pays-Bas.

Formation

L. s'inscrit à l'Université de Franeker le 3 juin 1722 (Album studiosorum, t. I, p. 317), avec l'intention de se consacrer à la carrière ecclésiastique ; mais il doit quitter son université pour avoir manifesté, lors d'une «disputatio», des sentiments contraires aux doctrines gomaristes professées par ses maîtres (Boeles).

Carrière

Il se rend alors à Leyde où il entre au service de son frère Jean qui venait d'être inscrit, le 1er août 1729, comme membre de la guilde des marchands libraires (A.M. Leyde, archives des guildes, n° 83A, f° 100 v°). Il travaille en même temps à la rédaction de la Gazette de Leyde, alors dirigée par Anthony de La Font.

Opinions

Ses opinions arminiennes l'opposent aux théologiens de Franeker sans qu'on puisse parler de rupture de vœux. Dans ses périodiques, il défend l'esprit de tolérance et la liberté de conscience tout en gardant dans ses jugements une attitude de moraliste rigoriste. Il fut en correspondance avec plusieurs savants, notamment de l'Université de Leyde (B.U. Leyde, Archief Luzac).

Activités journalistiques

Dès 1729, il collabore aux Nouvelles extraordinaires de divers endroits d'Antoine de La Font (voir ce nom), connues sous le nom de Gazette de Leyde (publiée chez Félix de Klopper, à Leyde, de 1680 à 1738 ; D.P.i 514) ; il mentionne cette collaboration dans une lettre adressée à son frère Jean (B.U. Leyde, fonds Luzac). En 1738, il obtient la cession du privilège de ce journal et des Suppléments des Nouvelles extraordinaires de divers endroits, propriété de la fille de La Font (Leyde, reg. mun. des privilèges, G, p. 418). Il est dès lors l'unique rédacteur de la gazette, qu'il publie régulièrement jusqu'en 1783 ; le 4 avril 1783, il s'associe à Jean Luzac, fils de son frère Jean (Leyde, reg. mun. des privilèges, G, p. 461). Jean Luzac hérite de la gazette en 1787 et la publiera jusqu'en 1798.

Des analogies de forme et de doctrine donnent à croire, mais sans preuve définitive, que L. fut aussi le rédacteur des deux périodiques publiés par son frère Jean : le Calendrier belgique, revue annuelle (Leyde, Jean Luzac, I730-I73i)et la Bibliothèque belgique (Leyde, Jean Luzac, 1731-1732 ; D.P. 1 148).

Bibliographie

8. B.Un. ; N.B.G. ; Haag. – Van der Aa A.J., Nieuw Neder­landsch biographisch woordenboek, Haarlem, Brederode, 1862.

– A.M. Leyde : autobiographie de Jean Luzac de Bergerac, avec une lettre à L. étudiant (pf. 6060) ; reg. des impôts d'enterrement. – B.U. Leyde, Luzac Archief. – A.M. Franeker ; Leeuwarden, Archives de la Frise. – Boeles W.B.S., Frieslands hoogeschool en het Rijks Atheneum te Franeker, Leeuwarden, Kuipers, 1878-1879. – Fockema Andrae S.Y. et Meijer T. Y., Album studiosorum academiae franekerensis, Franeker, Wever, 1968.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH