411

John JASTRAM (?-?)

État civil

John Jastram (parfois écrit Jestram) est né en France. En 1785, il était marié et avait deux fils (Barthold, p. 70).

Carrière

En 1780, J. se trouve à Newport où le corps expéditionnaire de Rochambeau, débarqué en juillet, prend ses quartiers d'hiver en raison du mauvais temps qui retarde les opérations et empêche notamment la jonction avec les troupes du général Washington. Il habite alors «chez le sieur Eléazar Trevett, dans la Grand'rue, au dessus de la Place d'Armes». A la même adresse se trouvaient établis «les Bureaux» de la Gazette française à laquelle il collabore certainement (G.F., n° 3, p. 4, n° 7, p. 4 ; Barthold, p. 69). Jastram donne aussi des leçons particulières d'anglais aux officiers français et, devant l'afflux des demandes, il ouvre une «école» où sont données «depuis dix heures du matin jusqu'à douze, et depuis deux jusqu'à quatre l'après-midi, des leçons générales de la langue anglaise» (G.F., n° 3, p. 4).

Par la suite, J. réside à Walpole, puis à Cambridge, où il est, pendant l'année universitaire 1786-1787, «tutor of the French Language» à Harvard. En 1790, il est traducteur et professeur de langue française à Providence (C.R., vol. IV, p. 252 ; Barthold, p. 70).

Opinions

J. s'est rangé du côté des insurgés américains dans leur lutte pour se libérer de la domination anglaise.

Activités journalistiques

Collaborateur de la Gazette française, Jastram, en raison de sa connaissance des deux langues, devait être plus particulièrement chargé de la traduction et de l'édition des articles et «différentes nouvelles» reprises des «Papiers Américains» qui, pour la plupart, composent le journal. Publiée spécialement pour le corps expéditionnaire français, la Gazette française ne s'engageait en effet «envers [son] Public qu'à répéter en Français ce que les Américains auront dit dans leur langue [...] MM. les Officiers et autres Particuliers qui ne sont pas familiers avec la langue du pays, et qui s'intéressent aux événements politiques de cette Nation naissante [...pourront ainsi] s'en instruire, sans avoir recours au travail de la translation» (G.F., n° 1, p. 1 ; D.P.1 563).

Bibliographie

8. (G.F.) Gazette française.- (C.R.) Corporation Records, Harvard University Archives - Barthold A.J., «Gazette françoise , Newport, R.I., 1780-1781», Bibliographical Society of America Papers, XXVIII, 1, 1934, p. 64-79.- Godechot J., «La Gazette françoise : The First French Newspaper Published in the United States», Two Hundred Years of French-American Relations, Newport, 1978, p. 78-92.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH