360

Guillaume 's GRAVESANDE (1688-1742)

État civil

Willem Jacob 's Gravesande est né le 27 septembre 1688 à Bois-le-Duc. Son père, Dirk Storm van 's Gravesande, était intendant des domaines du prince d'Orange. Du côté de sa mère, il descend du professeur Joannes Heurnius. Il vient d'une famille nombreuse. En 1720, il épouse Anne Sacrelaire. Ils ont deux fils, Dirk, né en 1724, et Jacques-Guillaume (Jacob-Willem), né en 1725, qui meurent en mai 1739. Il meurt le 28 février 1742 à Leyde {N.N.B.W. ; Sassen).

Formation

Il est l'élève d'Isaac Tourton, « lector » (professeur-adjoint) de mathématiques à l'école illustre de Bois-le-Duc. Il se fait inscrire le 6 juin 1704 à l'Université de Leyde comme étudiant en droit, en même temps que ses frères Ewoud Hendrik (1684-1750) et Cornélius Christiaan. Le 25 octobre 1707, il soutient dans la faculté de droit sa thèse De autocheiria. Ensuite, il ouvre avec ses deux frères un bureau d'avocats à La Haye. Le 19 mai 1717, il est nommé professeur de mathématiques et d'astronomie à Leyde. Il entre en fonction le 22 juin 1717, en prononçant sa leçon d'ouverture De matheseos [...] usu. A partir du 15 mars 1724, il est également chargé de la direction du laboratoire de physique à Leyde. En 1734, on lui confie en outre l'enseignement de la logique et de l'esthétique (Molhuysen).

Bien qu'il soit membre de l'Eglise réformée, il n'appartient pas aux calvinistes orthodoxes. On le caractérise comme un homme «humain et modéré» (N.N.B.W.).

Carrière

A l'occasion du couronnement de George Ier, roi d'Angleterre, en 1715, les Etats Généraux envoient une délégation à Londres ; 's Gravesande et Juste Van Effen en font partie, respectivement en qualité de premier et de second secrétaire. La délégation dirigée par le baron Arent de Wassenaar van Duivenvoorde, part en février 1715, fait son entrée officielle à Londres le 20 mars et est reçue en audience royale ce même jour. Van Effen et 's Gravesande restent en Angleterre jusqu'en février environ. Ils font la connaissance de Newton, dont l'œuvre est particulièrement admirée par 's Gravesande. Ils assistent également aux réunions hebdomadaires de la Société Royale. Le 9 juin, 's Gravesande est reçu membre de cette Société (A list of Fellows of the Royal Society, B.L.). Désormais, 's Gravesande sera le prophète de Newton en Hollande.

Situation de fortune

En tant que fils de patricien, 's Gravesande dispose d'une fortune assez large pour se procurer à ses propres frais les instruments dont il a besoin. Ses appointements annuels à Leyde s'élèvent à 800 florins, augmentés en 1721 jusqu'à 1000 florins (Molhuysen).

Le tsar Pierre Ier de Russie lui offre en 1724 un professorat à l'Académie de Saint-Pétersbourg et Frédéric II de Prusse l'invite, en 1740, à venir à Berlin comme membre de l'Académie des sciences. Il décline les deux invitations. Lors de son voyage en Hollande, en 1737, Voltaire, qui prépare ses Eléments de la philosophie de Newton, entre en contact avec 's Gravesande, suit ses cours et, après son départ, continue à échanger des lettres avec le savant hollandais (Vercruysse). En 1734, Voltaire avait déjà qualifié 's Gravesande d'«homme profond» (Discours en vers sur l'homme). Voltaire s'indigne lorsque des ministres orthodoxes accusent 's Gravesande de spinozisme. Ces insinuations suivent la publication de L’lntroductio ad philosophiam metaphysicam et logicam en 1736. Cet ouvrage de 's Gravesande est attaqué dans une lettre anonyme : Lettre à Mr. G.J. 's Gravesande [...] sur son introduction à la philosophie et particulièrement sur la nature de la liberté, Amsterdam, 1736. 'S Gravesande se défend résolument mais prudemment.

Activités journalistiques

Journal littéraire, à La Haye chez T. Johnson 1713-1722 ; La Haye, Gosse et Néaulme, 1729-1732 ; La Haye, Swart et Van Duren, 1733-1737 (D.P.1 759). Fondé et dirigé par 's Gravesande, Juste Van Effen, Prosper Marchand, Alexandre, Albert Henri de Sallengre et Thémiseul de Saint-Hyacinthe ; à partir de 1729, rédigé par 's Gravesande, Prosper Marchand, avec la collaboration de Superville,

Sacrelaire de Sedan et Elie de Joncourt ; depuis 1733, rédigé par La Barre de Beaumarchais.

Pour un relevé des contributions de 's Gravesande au Journal littéraire, voir l'article que Prosper Marchand lui consacre dans son Dictionnaire historique ou mémoires critiques et littéraires, La Haye, 1758-1759, 2 vol. Outre une série d'articles scientifiques, parmi lesquels un traité sur la machine pneumatique (mai-juin 1714), il a écrit : «Lettre sur le mensonge» (t. V, p. 254-270) ; «Examen des raisons employées par feu M. Bernard pour combattre le mensonge officieux» (t. V, p. 344-367) ; «Sur la liberté de l'homme» (t. X, p. 234-239) ; et un compte rendu du Discourse concerning the résurrection of Christ de Ditton (t. I, p. 391-435).

Publications diverses

Autres publications de 's Gravesande : De autocheiria, Lugd. Bat., 1707. – Proeve over de doorzigtkunde, Leiden, 1707 ; trad. sous le titre Essai de perspective, La Haye, 1711. – De matheosos in omnibus scientiis, praecipue in physicis, usu, Lugd. Bat., 1717. – Physices elementa mathematica experimentis confirmata, sive introductio ad philosophiam Newtonianam, Lugd. Bat., 1719, 1725, 1742. – Philosophiae Newtonianae institutiones, Lugd. Bat., 1723, 1744. – De evidentia, Lugd. Bat., 1734. – Introductio ad philosophiam, metaphysicam et logicam continens, Lugd. Bat., 1736, 1737. – Œuvres philosophiques et mathématiques, éd. J.N.S. Allamand, Amsterdam, 1774, 2 vol., avec une biographie.

Bibliographie

(N.N.B.W.) Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek, t. VI, Leiden, 1924, p. 623-627. – Bisschop W., Justus Van Effen geschetst in zijn leven en werken, Utrecht, 1859, chap. VI. – Documentatieblad Werkgroep achttiende eeuw, t. XVIII, n° 2, 1986 : « Le Journal littéraire 1713-173 7 ». – Molhuysen P.C., Bronnen tot de geschiedenis der Leidsche universiteit, part. IV, 's Gravenhage, 1920. – Brunet P., Les Physiciens hollandais et la méthode expérimentale en France au XVIIIe siècle, Paris, 1926. – Sassen F., Geschiedenis van de wijsbegeerte in Nederland tot het einde der negentiende eeuw, Amsterdam, Brüssel, 1959, p. 224-233. – Vercruysse J., Voltaire et la Hollande, S.V.E.C. 46, 1966. – Sassen F., Studenten van de Illustere School te 's Hertogenbosch 1636-1810, Amsterdam, London, 1970, p. 32-33. – Pater C. de, Willem Jacob 's Gravesande, welzijn, wijsbegeerte en wetenschap, Baarn, 1988. – Buijnsters P.J., Justus Van Effen (1684-1735), een biografie, Utrecht, 1992.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH