272

Jean DUMONT (1666 ?-1727)

État civil

Jean Dumont ou Du Mont est né en 1666 selon Martens (p. 82) mais on ignore tout de sa famille et du lieu de sa naissance. Il est mort à Vienne le 13 mai 1727 (Coburger Zeitungs Extracts, mai 1727, cités par Martens, p. 94). Il signe tantôt D.M., J.D.M. ou François D.M. ; Moreri, l'auteur des tables du Dictionnaire de Lelong et plusieurs biographes ont distingué sous ces initiales plusieurs auteurs ; mais Martens a montré qu'il s'agissait d'un seul écrivain, Jean Dumont, auteur de relations de voyages et d'ouvrages de droit, protégé de Zinzendorf et historiographe de l'empereur d'Autriche (p. 76 et suiv., p. 86).

Carrière

Le Nouveau Voyage du Levant (La Haye, 1694 : rééd. augm. en 1699 sous le titre de Voyages en France, en Italie, en Allemagne, à Malte et en Turquie) donne quelques indications sur sa carrière. Il était en 1689 capitaine dans l'armée française, lors de la campagne du Palatinat. Révolté par les exactions commises, il se rend suspect, est emprisonné à Strasbourg pendant 15 jours, est libéré et passe en Italie. Il se rend à Malte d'où il embarque pour Constantinople (26 mai 1690). Après avoir rencontré dans cette ville l'ambassadeur de France, Châteauneuf, il se rend à Smyrne où il loge chez le consul de Hollande. Par son entremise, il gagne la Hollande en passant par Venise (avril-mai 1692) et l'Allemagne ; il arrive à La Haye en août 1692. Il se consacre alors au droit international, ouvre un cours public, s'attache à Bose, ministre de l'Electeur de Saxe et à Quiros, ambassadeur d'Espagne en Hollande. Vers 1706, il se lie à Philippe-Louis de Zinzendorf, ambassadeur de l'Empire qui le sollicite pour la rédaction de l'histoire de la guerre de Succession d'Espagne. Il se rend en Autriche après les négociations d'Utrecht auxquelles, semble-t-il, il a participé. L'empereur Charles VI le nomme son «conseiller et historiographe» et lui donne le titre de «baron de Carelscroon» (Carlscroon) ; mais tout ce que l'on sait de sa carrière à partir de 1692 se résume aux titres et aux dédicaces de ses ouvrages (Martens, p. 90-94).

Activités journalistiques

Il a collaboré aux Lettres historiques, « contenant ce qui se passe de plus important en Europe», publiées chez Moetjens à La Haye de 1692à 1711, puis chez Desbordes à Amsterdam jusqu'en 1727 ou 1728, et enfin chez Uytwerf (D.P.1 822). Selon Lenglet-Dufresnoy, D. aurait été l'un des principaux rédacteurs de 1692 à 1710 (cf. Martens, p. 82) ; mais son nom figure encore dans le journal en janvier 1722 (I.H. Van Eeghen, De Amsterdamse boekhandel, 1680-1723, Amsterdam, 1960-1967, t. II, p. 94).

Publications diverses

Liste de ses œuvres dans Martens, Haag, B.Un., Cior 18. Description des manuscrits de D. conservés à Vienne dans L. Bittner (éd.), Gesamtinventar des Wiener Haus-, Hof- und Staatsarchivs, Wien, 1936-1940, t. III, p. 245-251, et de sa Collection diplomatique, également à Vienne, dans Bittner, t. I, p. 594-596 (renseignement transmis par P.F. Burger).

B.Un. ; Haag. – Toutes les notices consacrées à D. s'appuient en fait sur une seule étude : Martens F. de, «Recherches sur la vie et les écrits de Jean Du Mont, Baron de Carelscroon, rédacteur du corps universel diplomatique du droit des gens», dans Supplément au Recueil des principaux traités, Göttingen, 1802, p. LXXXIV-XCXIV.

Additif

Carrière: En février 1700, D. propose à Anthonie Heinsius ses services comme historiographe des États Généraux. Il est finalement utilisé comme espion par le Grand Pensionnaire. (Nationaal Archief, La Haye, 3.01.19, 2196 : dix-huit courriers de Jean Dumont à Anthonie Heinsius, entre février et décembre 1700 et une lettre de mars 1701. (Marion BRÉTÉCHÉ)

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH