181

Nicolas CLERC (1726-1798)

État civil

Nicolas Gabriel Clerc prit le nom de Leclerc après avoir reçu des lettres de noblesse, probablement vers 1778 ; il était né à Baumes-les-Dames le 6 octobre 1726. Issu d'une famille de médecin, il était parent de l'abbé Coyer (Abrégé des études, p. 2); il mourut à Versailles le 30 décembre 1798.

Carrière

C. fut médecin à l’armée du Bas-Rhin, puis premier médecin des armées du roi en 1757 (B.Un.). En 1759, il suivit l’hetman des cosaques Kyrill Razoumovski et séjourna en particulier en Ukraine (voir Medicus veri amator, publié à Moscou en 1764). D’après un mémoire autographe de 1772 (C.P.R. 90, f° 391), il exerça la médecine six ans en Russie, puis voyagea pendant trois ans en Europe avec l’hetman avant de rentrer en France (B.Un. situe ce retour en 1762, à tort semble-t-il). Nommé médecin du duc d’Orléans, il exerça quelque temps à Villers-Cotterêts puis quitta à nouveau la France pour la Russie en 1769. En 1772, il était médecin du grand-duc Paul et du Corps des Cadets, «conseiller, professeur, membre de l’Académie des sciences et de celle des arts établies dans l’Empire» (C.P.R. 90). Il porta également le titre d’inspecteur de l’hôpital Saint-Paul à Moscou. En 1772, à la demande de l’ambassadeur de France, il aurait contribué à détourner Catherine II d’attaquer le roi de Suède Gustave III (B.Un.), mais c’est là, sans doute, lui prêter une importance politique qu’il n’a jamais eue. D’autre part, C. fournissait à l’ambassade des informations sur la société et l’économie russes. Il rentra en France en août 1775 (Atlas du commerce, p. 94 et C.P.R. 98, f° 424) et s’installa à Baumes-les-Dames d’où il continua à envoyer au ministère des renseignements sur la Russie et la politique de Catherine II (C.P.R. 98). En 1778, il fut nommé président de l’éphémère commission pour la réforme des hôpitaux avec le titre d’inspecteur général. Il vécut ensuite à Versailles jusqu’à sa mort. Il avait reçu le cordon de Saint-Michel et était membre des académies de Besançon, de Rouen et de Saint-Pétersbourg.

Situation de fortune

C. déclare avoir quitté la France (en 1769 ?) parce que le discrédit de certains effets royaux avait diminué sa fortune de moitié (C.P.R. 90). En 1772, il jouissait de 20 000 £ d'appointements en qualité de médecin du grand-duc et de 5000 £ de pension, comme fondateur de l'hôpital Saint-Paul de Moscou. A cette date, il faisait passer 10 à 12 000 £ en France chaque année (ibid.). Par la suite, il reçut de la Cour de France une pension de 6000 £ qu'il perdit sous la Révolution (B.Un.).

Opinions

C. était un partisan enthousiaste des idées physiocrati-ques. Il insista à plusieurs reprises sur la nécessité d'une éducation nationale. Dans ses mémoires et dans ses lettres à Vergennes, comme plus tard dans son Histoire de la Russie, il met en valeur les conséquences néfastes du despotisme et du servage sous Catherine II. A la demande de l'impératrice, Ivan Boltine répondit à ses critiques dans un ouvrage publié en russe en 1788. C. fut protégé par de Boynes à partir de 1757. Il correspondit avec M.M. Rey (1771-1772), avec Diderot (à partir de 1774), avec Vergennes (à partir de 1775). Il fut en relation étroite avec l'ambassadeur Durand de Distorff (Atlas, p. 94).

Activités journalistiques

La Boussole de Terre, «ouvrage périodique dédié à la noblesse russienne par M. Clerc», n° 1, Saint-Pétersbourg, 1770, 38 p. (développe des vues philosophiques et physiocratiques; voir D.P.1 177).

«Lettre à M. Du Pont [...]. De Saint-Pétersbourg, le Ier octobre 1771», dans les Ephémérides du Citoyen, 1772, t. I, p. 202-249 (attribution d'après Betski, Plans et Statuts, 1775, p. 22).

« Mémoire sur une manière particulière de construire dans l'eau» : le mémoire manuscrit inséré dans C.P.R. 93, f° 395-396 et «adressé à M. Rousseau, auteur du Journal encyclopédique» a peut-être été publié, ainsi que d'autres textes de C, dans ce périodique que Catherine II lisait assidûment (d'après C.P.R. 90, 22 déc. 1772).

Publications diverses

Mémoire sur la goutte, 1750 [1751], in-12. – Problème donné par l'Académie de Besançon : Le seul amour du devoir peut- il produire d'aussi grands effets que le désir de la gloire ? Dijon, 1756, in-12. – Dissertatio de hydrophobia, 1760, in-4°. – Le Vœu des nations ou le plan du bonheur réciproque, Saint- Pétersbourg, 1760. – Medicus veri amator ad apollineae artis alumnos, Moscou, 1764, in-8°. – Moyen de prévenir la contagion, et d'y remédier, imprimé à Moscou avec l'Histoire des maladies épidémiques qui ont régné en Ukraine en 1760. – Essai sur les maladies contagieuses du bétail, avec les moyens de les prévenir et d'y remédier efficacement, Paris, 1766, in-12. Histoire naturelle de l'homme, considéré dans l'état de maladie ou la Médecine rappelée à sa première simplicité, Paris, 1767, 2 vol. in-8°. – Yu le Grand et Confucius, histoire chinoise, Soissons, 1769, in-4°. – De la contagion, de sa nature, de ses effets, de ses progrès, et des moyens les plus sûrs pour la prévenir et pour y remédier, Saint-Pétersbourg, 1771, in-8°. – Discours prononcé devant le conseil du corps impérial des cadets, Saint- Pétersbourg, 1772. – Réflexions philosophiques sur l'éducation, Saint-Pétersbourg, 1772, in-8°. – L'Art de débuter dans le monde avec succès, dédié à messieurs les cadets du cinquième âge, 1774, in-8°, trad. en russe. – Les Plans et Statuts de différents établissements ordonnés par l'impératrice Catherine II, pour l'éducation de la jeunesse de son royaume (trad. du russe de Betski), Amsterdam, 1775, in-4°, ou 2 vol. in-12, avec une longue préface de C. revue par Diderot. – Education morale et physique des deux sexes, pour les rendre aussi utiles aux autres qu'à eux-mêmes, trad. du russe en français, Besançon, 1777, 2 part., in-4°, avec fig. – La Boussole morale et politique des hommes et des empires, Boston [Neufchâtel, 1779], in-8°. Histoire de la Russie ancienne et moderne, Paris, 1783-1794, 6 vol. in-4°, fig. et atlas in-folio. – Portrait de Henri IV, Paris, 1783, in-8°. – Atlas du commerce, Paris, 1786, in-4°. On trouve à la suite un Examen impartial de la critique des cartes (publiées par C.) de la mer Baltique et du golfe de Finlande. Abrégé des études de l'homme fait, en faveur de l'homme à former, Paris, 1789, 2 vol. in-8°. – Les Maladies du cœur et de l'esprit, Paris, 1793, in-8°. – Le Patriotisme du cœur et de l'esprit, Paris, 1795, in-8°. – Traité des maladies morales qui ont affecté la nation française, Paris, 1798. – O temps, ô mœurs (trad, datant de 1772 d'une comédie publiée en russe par Catherine II) dans : Mélanges publiés par la Société des Bibliophiles français, t. V, Paris, 1827.

Bibliographie

B.Un.; N.B.G. A.A.E., CP. Russie (C.P.R.), vol. 90, 93, 94, 48, 108 ; série Mémoires et documents, Russie. – Œuvres de C. (B.N. ; Bibliothèque de l'Etat russe, ex-Lénine, Moscou). – Dulac G., «Diderot éditeur des Plans et Statuts des établis­sements de Catherine», D.H.S., n° 16, 1984, p. 323-344.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH