178

André de CLAUSTRE (début du XVIIIe s.-?)

État civil

André de Claustre ou Declaustre, «prêtre de Lyon», donné par Lelong puis par Quérard comme l'auteur du Dictionnaire de mythologie, de l'Histoire de Thamas Kouli-Kan et de la table du Journal des savants,est sans doute celui qui fut impliqué en 1768-1769 dans un procès scandaleux (voir la notice de M. Prévost dans D.B.F.) : on ne lui connaît aucun homonyme et le Procès de Claustre tout comme F.L. parlent d’un André de Claustre (ou Declaustre) prêtre de Lyon..

Carrière

Né au début du siècle, André de Claustre poursuit d'abord à Lyon une carrière ecclésiastique ; en 1736, il est nommé chanoine (A.D. Rhône, 13 G 128). Peut-être fut-il ensuite précepteur du comte de Gisors, Louis Marie Fouquet (1732-1758), fils du maréchal de Belle-lsle ; c'est ce que laisse entendre l'épître dédicatoire du Dictionnaire de mythologie (1745). Vers 1747, il entre au service de Jean François de La Borde, fermier-général (de 1740 à 1767) : après avoir été pendant quinze ans précepteur de ses enfants, il continue de demeurer chez lui en 1762, avec une pension de 1200 £ (D.B.F., d'après Voltaire et les Mémoires secrets du 13 juin 1768, add., t. XVIII, p. 377). De Claustre aura été en particulier le précepteur de Jean Benjamin de La Borde (1734-1794), futur fermier-général et valet de chambre de Louis XV (voir G. Thirion, La Vie privée des financiers au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1895, p. 438). Le neveu de Joseph de La Borde, Pierre-Joseph de La Borde-Desmartres, étant simple d'esprit, l'abbé de Claustre s'avisa de le marier à sa propre nièce, Mlle Boutaudon. Le mariage eut lieu le 18 avril 1766 à l'insu de la famille et fut suivi de tels détournements de biens que la famille La Borde-Desmartres intenta un procès à l'abbé (D.B.F.). Dès juin 1768, Voltaire s’enquiert auprès de l’avocat Christin sur les chances de gagner ce procès. Il s’intéresse d’autant plus à Jean Benjamin de la Borde que celui-ci est son musicien pour l’opéra de Pandore. Un pamphlet intitulé Procès de Claustre. Supplément aux causes célèbres, peut-être dû à Jean Benjamin de La Borde, mais plus probablement à Voltaire, fut répandu en 1769 ; il dépeignait l'abbé comme un nouveau Tartuffe. Voltaire, à qui on l'attribua, s'en défendit dans une lettre publique (M.S., t. XIX, p. 131, add. au 25 nov. 1769 ; C.L., t. VIII, p. 390-391 ; D15898) ; il s'est pourtant «fort intéressé aux scènes de ce fripon de prêtre» (lettre à J.B. de La Borde, févr. 1769, D 15480) ; en septembre 1769, il tente de réconcilier Marie-Françoise de La Borde-Desmartres, , principale victime de l’escroquerie, et J.B. de La Borde, principal héritier du femier général (lettre du 16 sept. 1769, D 15898). Le Procès de Claustre a été réédité en 1769 dans L'Evangile du jour, t. VI..

Activités journalistiques

Table générale des matières contenues dans le Journal des savants de l'édition de Paris, depuis 1665, qu'il a commencé jusqu'en 1750 inclusivement, Paris, Briasson, 1753-1764, 10 vol. La table a toujours été attribuée à De Claustre (voir Lelong, Feller-Weiss, F.L., etc.). Celui-ci explique dans l'avant-propos au «Mémoire historique» du t. X (dû à Louis Dupuy) comment s'est réalisé l'ouvrage : le projet est lancé en 1739 par le chancelier d'Aguesseau ; de Claustre (qui n'est jamais nommé) s'en charge en 1742, y renonce, est remplacé par le P. Fabre, de l'Oratoire, qui compose une nomenclature peu utilisable ; de Claustre reprend alors son premier projet, établit un nouveau plan, que les rédacteurs acceptent en 1748 et achève le 1er volume à la fin de 1752. Il poursuit jusqu'au tome X, à raison d'un volume par an, mais sa santé ne lui permet pas de rédiger le «Mémoire historique sur le Journal des savants» (1764).

Publications diverses

Dictionnaire de mythologie pour l'intelligence des poètes, Paris, Briasson, 1745, 3 vol. ; l'épître est signée par «l'abbé Declaustre». – Histoire de Thamas-Kouli-Kan, Paris, 1742.

Les quatre ou cinq mémoires publiés par de Claustre en 1768, à propos de l'affaire La Borde n'ont pas été retrouvés.

Bibliographie

F.L. ; D.B.F. – (V) Voltaire, Procès de Claustre. Supplément aux Causes célèbres, dans Oeuvres complètes, éd. Moland, Paris, 1877, t. XXVIII, p. 77-90. – Vittu J.P., «L'évolution des tables des périodiques littéraires à l'époque de l'Encyclopédie», Dix-Huitième siècle, n° 25, 1993, p. 423-431.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH