038

Henri BASNAGE DE BEAUVAL (1656-1710)

État civil

Henri Basnage de Beauval est né à Rouen le 7 août 1656. Fils puiné de Henri Basnage de Franquesney, jurisconsulte, l'un des plus éloquents avocats au Parlement de Normandie selon Bayle (lettre a son frère Joseph, v. E. Labrousse, t. I, p. 133) et de Marie Coignard sa femme, l'un et l'autre de la religion reformée. Confondu souvent avec Jacques Basnage, son frère aîné, auquel P. Marchand attribue la paternité de l'Histoire des Ouvrages des Savans, il a écrit sous le pseudonyme de Le Fevre.

Il épousa en 1680 Marie Amsinq, fille d'Andreas Amsinq, fabriquant de sucre d'origine hambourgeoise, installé à Rouen vers 1650 (C. Amsinck, Die niederländische und hamburgische Familie Amsinck. Ein Versuch einer Familien geschichte, Hamburg, 1886). Ils eurent cinq enfants: Marie Catherine, baptisée catholique en 1686 à l'Eglise de St-Lô, Marie, née à la Haye en 1690 (Eglise Wallonne, Gemeente Archief Rotterdam, inv. n° 112), Paul, Pierre et Henri, nés à La Haye le 5 juillet 1692, le 11 septembre 1697 et le 8 décembre 1701. Pierre, étudiant en droit à l'université de Leyde en 1714, mourut le 2 mai 1719.

B. mourut à La Haye le 2 avril 1710 (Eloge, Mémoires de Trévoux ; lettre de G. Cuper à J. Basnage du 23 sept. 1710, dans Cuper, Lettres de critique, d'histoire et de littérature, etc., écrites à divers savants de l'Europe, publiées sur les originaux par Monsieur de B [Beyer], Amsterdam, 1742).

Formation

Il suivit la tradition familiale et étudia le droit à Valence auprès de A. de Marville. Une lettre de Bayle à son frère Joseph, ainsi que le contenu de l'Eloge permettent de penser qu'il devint un avocat réputé au Parlement de Rouen.

Nommé membre étranger de la Royal Society en 1697, il devint en 1707 membre de l'Académie des Sciences de Berlin.

Carrière

L'année de la Révocation de l'Edit de Nantes, Jacques Basnage partit pour Rotterdam où demeurait son ami Pierre Bayle depuis 1681. B. rejoignit son frère en août 1687. Trois ans plus tard, il s'installa à La Haye. Sa carrière de journaliste débuta dès son arrivée à Rotterdam.

Situation de fortune

Sa situation financière paraît avoir été relativement sûre. Il tenta cependant de l'améliorer en sollicitant des charges appointées auprès du gouvernement de Hollande. Il se porta candidat en 1689 au poste de «Secrétaire-interprète» auprès du Staten-Generaal. Selon Pierre Jurieu, qui lui refusa son appui dans ses démarches, il aurait aussi tenté de devenir professeur de droit. En 1694 il réussit à être reçu comme avocat au barreau de Hollande. A partir de cette date il conduit de front la carrière juridique et l'activité de journaliste: «Il n'est pas impossible de concilier les soins d'un Etat avec ceux de la République des Lettres» (Histoire des Ouvrages des Savants, janv. 1697, p. 225).

Opinions

Sa première oeuvre, Tolérance des Religions, publiée grâce à P. Bayle en 1684 à Rotterdam énonce dans son titre la profession de foi de B. tout au long de sa vie. D'abord admirateur de Pierre Jurieu, il se détache de ses opinions dès 1688 et se range aux côtés de Bayle dans la controverse qui l'oppose à Jurieu sur le retour des Réfugiés. Il réfute la vision apocalyptique de Jurieu (L'Accomplissement des Prophéties) dans la Réponse de l'Auteur de l'Histoire des Ouvrages des Savans à l'Avis de Mr Jurieu, Auteur des Lettres Pastorales. Il dénonce avec la même continuité l'injustice de la Révocation de l'Edit de Nantes, tentant de dépasser les différences politiques et religieuses entre les hommes pour défendre l'impartialité de la «République des Lettres» (voir article «Bayle» et Bots).

Selon Jacques Bernard, B. vers 1700, ne s'entendait plus avec Bayle: «Mr Baudri, beau-frère de M. de Beauval, a dit à un de ses amis que celui-ci était brouillé avec M. Bayle et qu'ils étaient sur le point d'écrire l'un contre l'autre. M. de Beauval le nie. Je crois cependant qu'il y a quelque chose de vrai» (Lettres inédites adressées à J.A. Turrettini, 1887, t. I, p. 264 ; Labrousse, t. I, p. 257).

Profitant des contacts internationaux de Bayle, B. a eu des correspondants nombreux : Hans Sloane, John Mill, Desmaizeaux, Nicaise, Daniel Larroque, Turrettini, Cuper, Cornelis Van Eck et Leibniz, etc. Ses lettres sont conservées dans différents fonds (v. Bots, t. III).

Activités journalistiques

B. a fondé et dirigé l'Histoire des ouvrages des savants (1687-1709), revue qui prenait la suite des Nouvelles de la République des Lettres. Le 2 septembre 1687, Jacques Basnage écrit de Rotterdam à Gisbert Cuper: «Mr Bayle a quitté sa place à mon frère qui est arrivé depuis un mois en cette ville» (BR 72D58K). Selon B., Bayle lui a confié la rédaction du périodique pour des raisons de santé, «dès avril 1687». «L'auteur de la République des Lettres ayant été attaqué de quelques indispositions et de quelques maux de tête [...] me fit proposer de continuer son travail» (Préface», sept. 1687). Il accepte le «parti sans faire toutes les réflexions que méritait l'entreprise» (ibid.). Jacques Basnage collabore pour 81 articles au moins; l'aide de Bayle commence à se réduire vers 1700. La maladie de Basnage interrompt le périodique en 1709 (v. D.P.1 605).

Publications diverses

Liste des oeuvres de B., de ses Lettres et Réponses dans Bots, t. I, p. 86-87. B. a édité le Dictionnaire de Furetière et les oeuvres de son père.

Bibliographie

Nicéron t. II et X ; Moreri ; B.Un. ; Haag ; B.H.C. ; D.B.F. – Ladvocat J.B., Dictionnaire historique Hatin, Paris, 1752 – Léonard E., Histoire générale du protestantisme, 1961, t. 2, «l'Etablissement». – Weiss Ch., Histoire des Réfugiés protestants de France depuis la Révocation de l'Edit de Nantes jusqu'à nos jours, 1853, t. II. – Mémoires de Trévoux, «Eloge de Basnage de Beauval», nov. 1710, p. 1925-1933 – Martin Fr., Athenae Normannorum, Caen, 1901. – Luiscius, Het Algemeen historisch geographisch en genealogisch woordenboek, s'Gravenhage, 1725, t. 2, p. 125. – Marais M., Journal et Mémoires, 1863-1868, t. 1, p. 104 et suiv. – Labrousse E, «Les coulisses du journal de Bayle», dans P. Dibon, Pierre Bayle, le philosophe de Rotterdam, 1959, p. 20-48 – Labrousse E, Inventaire critique de la correspondance de Pierre Bayle, 1961 et Pierre Bayle, La Haye, 1963. – Labrousse E, «Le refuge hollandais: Bayle et Jurieu», XVIIe siècle, 1967, p. 75-95. – Mason G., «Desmaizeaux et ses correspondants. III: Les Basnage», B.S.H.P.F., 1876, p. 325-332. – Olivier E., «Le célèbre jurisconsulte protestant, Henri Basnage», B.S.H.P.F., 1860, p. 153-187. – et surtout: Bots H., Henri Basnage de Beauval en de Histoire des Ouvrages des Savans, 1687-1709, Amsterdam, 1976, 2 vol. – Bots H. et Van Lieshout L., Contribution à la connaissance des réseaux d'information au début du XVIIIe siècle : Henri Basnage de Beauval et sa correspondance à propos de l'Histoire des ouvrages des savants (1687-1709), lettres et index, Amsterdam et Maarssen, 1984. – Lankhorst O., Reinier Leers (1654-1714), uitgever en boekverkoper te Rotterdam. Een europees 'libraire' en zijn fonds, Amsterdam et Maarssen, 1983.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH