BARBIER

Décès

1745

Naissance

1670

Numéro

031

Prénom

Marie Anne

Marie Anne Barbier est née à Orléans en 1670 et morte à Paris en 1745. Plusieurs personnes ont prétendu, à tort, que Mlle Barbier n'avait pas fait de pièces dramatiques et qu'elle n'était que le prête-nom de l'abbé Pellegrin. Voltaire la confond avec Mlle Bernard, nièce de Fontenelle.

3. Carrière

Mlle B. se fixe à Paris au début du XVIIIe siècle.

5. Opinions

Elle se lie avec Boursault, l'abbé Bignon, l'abbé Pellegrin qui la prend comme collaboratrice (correspondance entre Mlle Barbier et l'abbé Pellegrin du 24 mai 1704 reproduite dans Briquet, p. 27-28).

6. Activités journalistiques

B. entreprend en 1714 un ouvrage périodique, les Saisons littéraires ou Mélanges de poésies, d'histoire et de critique, qu'elle envisage de faire paraître tous les trois mois, en quatre saisons. Un recueil des Saisons littéraires paraît à Rouen en 1722 (D.P.1 1198).

Plusieurs bibliographies, dont B.H.C., citent B., comme auteur de La Spectatrice, périodique paru du 29 mars 1728 à mars 1729 ; mais rien ne permet jusqu'à présent de prendre en compte cette affirmation (v. D.P.1 1228).

7. Publications diverses

B. est surtout connue pour son oeuvre théâtrale : quatre tragédies, une comédie et trois ballets. Arie et Pétus, tragédie, jouée au Théâtre français le 3 juin 1702 ; Cornélie, mère des Gracques, tragédie jouée au Theâtre français ; Tomiris, tragédie jouée au Theâtre français en 1706 ; La Mort de César, tragédie jouée au Théâtre français en 1709 ; Le Faucon, comédie jouée en 1719 ; Les Fêtes de l'été, ballet représenté en 1716 ; Le Jugement de Pâris, ballet représenté en 1718 ; Les Plaisirs de la campagne, ballet représenté en 1719.

B. publie en 1713 deux volumes d'histoires galantes sous le titre : Théâtre de l'amour et de la fortune. Deux comédies lui sont encore attribuées : L'Inconstant et La Capricieuse (B.N., f.fr. 9248), collection de pièces de théâtre réunie par Soleinne. V. Cior 18, n° 9463-9476.

8. Bibliographie

D.B.F. ; F.L. ; D.O.A., I, 416. – Histoire littéraire des femmes françaises, t. IV, 1769, p. 84-93.– (B.) Briquet, Dictionnaire littéraire et bibliographique des Françaises, 1804, p. 24-28.– Voltaire, Oeuvres, éd. Molans, t. III, Paris,1885, p. 310.– Lottin, Recherches historiques sur la ville d'Orléans, 1837, t. II, p. 292.– Brainne, Debarbouillier et La Pierre, Les Hommes célèbres de l'Orléanais, 1852, t. II, p. 359-365.– Huard A., Le Théâtre orléanais à travers les âges, 1904, p.31-33.– Couret de Villeneuve, «Vie de Mlle Barbier», Tribut de la Société des Neuf Soeurs, 1791, t. III, p. 75-88.– La Porte J. de, «Théâtre de Mlle Barbier», Observateur littéraire, 1760, p. 289-302.– Michau Ch., «Le Théâtre de Mlle Barbier», Mémoires de la Société d'Orléans, LXXV, 1906, p. 117-138.– Mémoires de la Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts de l'Orléanais, 3e série, t. VI, p. 117-138.