016

ARCHIMBAUD (?-?)

État civil

L'abbé Archimbaud est resté un inconnu. Ascendants, dates et lieux de naissance et de mort sont encore ignorés. Le P. de Colonia le considérait comme un «auteur lyonnais» (Histoire littéraire, t. II,p. 827), mais Bréghot du Lut et Péricaud, Steyert, Jean Tricou tout récemment n'ont pu le rattacher à aucune famille de Lyon qui porte son nom. Du moins le périodique qu'il créa contient-il de nombreux renseignements sur la vie littéraire lyonnaise, et le deuxième volume est dédié à l'archevêque de Lyon, François Paul de Neuville-Villeroy, qui se voulait protecteur des lettres.

Carrière

Il serait parti pour l'Allemagne vers la fin de 1717 (D.O.A. : source inconnue). Selon la Gazette du 28 août 1734, c'est un «abbé Archimbaud» qui a prononcé, cette année-là, le panégyrique de saint Louis en présence de l'Académie des Sciences et de l'Académie des Inscriptions dans l'église des Prêtres de l'Oratoire.

Opinions

Le Chef d'oeuvre d'un inconnu avait subi une critique dans le Nouveau recueil de l'abbé A. Dans une nouvelle édition de son livre, Thémiseul de Saint-Hyacinthe réplique en jugeant les ouvrages de l'abbé bons à faire des papillotes («Déification d'Aristarchus Masso» dans Chef d'oeuvre d'un inconnu, La Haye, 1732, p. 471).

Activités journalistiques

Le Nouveau recueil de pièces fugitives d'histoire et de littérature (Paris, 1717, 3 vol. in-12 sous sa responsabilité ; pour le t. IV, voir la notice «Chancey») était chargé de hautes ambitions : bi- ou trimestriel, il devait contenir des dissertations, lettres, discours d'auteurs divers se rapportant à la littérature et à la critique, ainsi que des nouvelles littéraires, artistiques, archéologiques, assorties de réflexions (Préface). L'écart entre le projet et sa réalisation a suscité l'ironie de d'Artigny (Nouveaux mémoires, t. I, p. 314-315) qui suppose que le succès de Sallengre avec ses Mémoires de littérature avait «engagé M. l'abbé d'Archimbaud à compiler son Recueil» (v. D.P.1 989). Au contraire, le Journal des savants juge le Nouveau recueil digne d'être consulté (t. X, p. 688).

Publications diverses

On ne connaît de lui aucune autre production littéraire.

Bibliographie

D.O.A., t. III, col. 510-511. – Colonia D. de, Histoire littéraire de la ville de Lyon, Lyon, 1728-1730, 2 vol. – Gazette, 28 août 1734, n° 35. – Artigny A. d’, Nouveaux Mémoires d'histoire, de critique et de littérature, Paris, Debure, 1749, t. I, p. 314-315. – Bréghot du Lut C., Mélanges biographiques et littéraires, Lyon, Barret, 1828, p. 41. – Péricaud, Notes biographiques, A.D. Rhône, fonds Galle, ms. 83, t I, f° 43-44. – Steyert, Armorial général du Lyonnais, Lyon, Brun, 1892, t. I, p. 266, col. B. – Tricou J., Armorial et Répertoire lyonnais, Paris, G. Saffrey, 1965, t. I, p. 103-106.

Auteur(s) de la notice


Ce dictionnaire est mis à disposition du public avec l'aimable autorisation de la Voltaire Foundation

Site mis en ligne par le IHRIM UMR 5317 et l'ISH USR 3385 - Mentions légales - Remerciements - Contacts - Se connecter - Créér un compte

IHRIM   ISH