CHEISOLME

Numéro

172

Prénom

Pierre

Naissance

1718

Décès

?

Pierre Joseph Cheisolme (ou Chisolme ou Gisolme), selon D.O.A., est né à Avignon vers 1718, de Louis Cheisolme et Marguerite Tressol : il est dit avoir vingt-deux ans au moment de son admission dans le corps des imprimeurs en 1756 (A.D. Vaucluse, E 20). Il épouse, le 10 juillet 1740, Marthe Aubert, âgée de dix-sept ans (ibid., fonds Charasse 334, f° 476).

3. Carrière

En 1733, il est apprenti chez Charles Giroud, imprimeur officiel de la Vice-légation depuis 1730. Il reste chez les Giroud (Alexandre s'est associé en 1744 à son frère Charles) jusqu'en 1757. Il est admis en 1756, sur ordre du légat, dans le corps des imprimeurs, bien que ne possédant pas la presse et les trois jeux de caractères exigés (A.D. Vaucluse, E 20) ; il travaille tantôt à son compte, tantôt au compte d'autres maîtres (Jean Jouve et Jean Chaillot en 1765). En 1769, il est appelé par Mossy, imprimeur-libraire de Marseille, à Monaco où il dirige une imprimerie créée pour le Courrier de Monaco. S'étant brouillé avec Mossy, il s'installe alors à Nice. En décembre 1771, il achète 25 quintaux de caractères au fondeur Perrenot d'Avignon, qui lui intente un procès pour non-paiement de 4281 £ (A.D. Vaucluse, fonds Lapeyre 64, f° 333) ; il revend son matériel d'imprimerie à Jean Siméon Molle (ibid., fonds Lapeyre 71, f° 318).

6. Activités journalistiques

Il travaille pendant dix ans chez Giroud à l'impression du Courrier d'Avignon (Courrier historique, politique, littéraire, galant et moral, puis Courrier, 2 janv. 1733 - 15 juil. 1768 ; D.P.1 261).

En 1769, il est directeur technique du Courrier de Monaco (Monaco 8 fév.1769 - 29 août 1775 ; D.P.1 262), dont Morénas est le rédacteur, et qui remplace le Courrier d'Avignon lorsque celui-ci est supprimé à la suite de l'occupation française de 1768. Mais, avant que le Courrier de Monaco ne disparaisse à son tour au profit du Courrier d'Avignon ressuscité quand la ville redevient ville pontificale en 1774, Cheisolme se brouille avec Mossy et quitte la direction du journal. Il publie alors quelque temps la Gazette de Nice (D.P.1 520).

8. Bibliographie

Moulinas R., L'Imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, P.U. de Grenoble, 1974, p. 323-329, 409.

BLERY

Numéro

079

Prénom

Pierre

Naissance

1711

Décès

1787

Pierre Joseph Bléry est né à Avignon (paroisse Sainte-Madeleine) le 19 septembre 1711. Il a épousé en 1734 (paroisse La Principale) Constance Rochas (née vers 1712), fille de Paul-Pierre Rochas, architecte ; dot, 300 £ (contrat de mariage, A.M. Avignon, notaire Gasteau, Pradon 1273, f° 362). Il meurt le 30 mars 1787 ; sa femme meurt peu après, le 20 novembre 1787. Ils n'ont pas eu d'enfants.

2. Formation

Il fait son apprentissage chez Offray, travaille un an à Lyon chez Rolland puis à Dijon chez Augé, puis à Paris chez Lamesle et De l'Aulne.

3. Carrière

Il travaille encore deux ans chez Offray, puis chez Giroud à partir de 1733 (?), où il est employé à l'impression du Courrier avant d'en assurer la direction. Il reste toujours étroitement lié avec Giroud qui lui cède, en 1781, la pension que lui sert Aubanel (pour la vente de son fonds d'imprimerie) pour lui donner une marque d'attachement. Il imprime à son compte depuis 1770 au moins. Il est établi rue de la Bancasse ; il est imprimeur de la ville en 1734.

4. Situation de fortune

Sa fortune est estimée à sa mort à 40 000 £, composées essentiellement de capitaux en constitution de rentes ; elle est léguée à l'Aumône générale (A.D. Vaucluse, testament du 9 mars 1744, Pradon 468, f° 81 ; nouveau testament le 1er mai 1763, notaire Poncet, Beaulieu 1837/623 ; dernier testament le 23 août 1776, archives de l'Aumône générale ; inventaire des biens de Bléry le 16 avril 1787, notaire Poncet, Beaulieu 1861 ; testament de Constance Rochas le 9 juin 1787, Lapeyre 79, f° 358).

6. Activités journalistiques

Il a été employé d'Alexandre Giroud, imprimeur du Courrier d'Avignon, jusqu'à la mort de Giroud (1746) ; il lui succède à cette date et assure la direction du journal jusqu'en 1761 (déclaration devant notaire, A.D. Vaucluse, Vincenti 149, f° 17).

8. Bibliographie

A.M. Avignon, registres paroissiaux.- A.D. Vaucluse, minutes des notaires, inventaires après décès, archives de l'Aumône générale. – Moulinas R., L'Imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au XVIIIe siècle, P.U.G., 1974.

ARTAUD

Numéro

018

Prénom

Jean Baptiste

Naissance

1732

Décès

1796

Jean Baptiste Artaud est né à Montpellier le 26 décembre 1732 et mort à Paris en 1796 (D.B.F.).

3. Carrière

Censeur royal ; secrétaire du duc de Duras, il perd sa place en 1774 (M.S., cités par B.Un.).

Dans une lettre du 31 août 1782, il se prétend écuyer, avocat au Parlement de Paris et membre de l'Académie de Dresde (Archives du Vatican, S. di Stato, lettere di particolari, 266, f° 98). Il sera au nombre des écrivains rénumérés par la Convention (décret du 3 janv. 1795, B.Un., D.B.F.).

6. Activités journalistiques

Il rédige le Courrier d'Avignon de mars 1776 à mars 1784. Menacé du non-renouvellement de son bail de neuf ans, il tente d'abord de se faire donner par Rome le privilège d'une autre feuille (Archives du Vatican, Congrég., Avignon 182, juin 1781) ; lors de la mort de Leblanc, titulaire du privilège du Courrier, en novembre 1782, il essaie de se faire attribuer le privilège de la feuille dont il était le rédacteur, en offrant de payer une redevance de 8000 £ par an à la Révérende Chambre Apostolique (Archives du Vatican, Leg. Avignon, 222, f° 81-83). Il est remplacé en mars 1784 par Sabin Tournal.

7. Publications diverses

La Petite Poste dévalisée, 1767. La [sic] Centenaire de Molière, comédie jouée le 18 février 1773, éditée la même année (voir B.Un.). Taconet «ou Mémoires historiques pour servir à la vie de cet homme célèbre, article oublié dans le Nécrologe de 1775», 1775 (voir Jal ,art. «Taconet»). – On cite de lui trois comédies qui ne semblent avoir été ni jouées ni éditées (L'Echange raisonnable, L'Heureuse Entrevue, Sophie).

8. Bibliographie

Jal, B.Un., D.L.F, D.B.F. – Moulinas R., L'Imprimerie, La Librairie et La Presse à Avignon au XVIIIesiècle, P.U. de Grenoble, 1974.